Pourquoi les articles sont t’ils protégés ?

Pourquoi les articles sur ce blog sont t’ils protégés ?

En voilà une bonne question.
Surtout quand avant c’était libre, gratuit, et maintenant cela ne l’est plus.
Oui mais depuis, il y a eu quelques débordements qui m’ont fait réfléchir.
Quelques personnes voulant que je leur vomisse mon savoir, tout ce temps de recherche, de lectures et d’expérimentations.
Et ça bien sûr je ne le veux pas.
Car ce savoir je l’ai eu de quelques « mentors » il est vrai, mais aussi par l’expérience, parce qu’on m’a dit de chercher par moi-même.

Alors même si,  je dois l’avouer, cela m’a fait profondément chier de censurer ces articles, ce qui est en pleine contradiction avec mes convictions de « libriste », c’est un mal nécessaire.
Afin que ce blog retrouve sa vocation, à savoir être avant tout un mémo géant pour moi-même.
Et aussi pour mes proches, mes amis qui veulent toujours savoir comment est fait telle bière.

Pour celles et ceux qui voudraient le mot de passe, je pense qu’ils connaissent déjà comment me contacter 😉

2 réponses

  1. Jérôme dit :

    Bonjour,

    Je cherchais une recette de Barley Wine et je suis tombé ici grâce à Google. En fait, mon barman préféré m’a raconté que le barley wine est fait avec des levures de vin (mais j’ai peut-être mal compris ce qu’il m’a dit, ou alors il s’est emporté), info que je n’ai pas encore recoupée avec mes quelques lectures sur la bière. Quoi qu’il en soit, comme j’avais remarqué des raisins sur le parking de mon boulot, j’en ai récupéré quelques uns ce soir que j’ai « foulés » (avec une cuiller à soupe et pas mes pieds, j’espère que ce n’est pas significatif 😉 et qui étaient recouverts de la pellicule blanche habituelle (que je crois être les fameuses levures du vin). Comme en plus, je suis en train de couper à la scie à métaux mon collecteur (manifold – c’est dingue ce que ça bouffe comme lames le cuivre), je pensais à faire mon premier tout grain en même temps. Bref, d’habitude j’aime bien avancer pas à pas et ne changer qu’un seul truc à la fois pour bien comprendre ce qui se passe, mais une fois n’est pas coutume, j’ai envie de jouer un peu et faire le grand saut en changeant plein de variables en même temps. Je me suis néanmoins dit que quand-même, je pourrais limiter un poil les inconnues au niveau de la composition du moût (et éventuellement au niveau de la courbe d’empâtage), en trouvant une recette de barley wine (et non pas harley wine comme voudrait écrire mon correcteur automatique).
    Tout ça pour dire que si tu trouves la démarche acceptable, je serais heureux de recevoir ton mot de passe et sinon, ben tant pis, je vais essayer de trouver mes infos ailleurs.

    Brassement,
    Jérôme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *